La résurrection : une fin ouverte !

Publié le 4 Août 2013

››› Ecouter la prédication
››› Télécharger le texte de la prédication

A l'origine, l'évangile de Marc s'arrêtait très probablement au verset 8. Les versets 9-20 sont des ajouts postérieurs, visant à offrir une fin moins surprenante... Oh, il n'y a rien d'hérétique dans ces versets ! Le matériau est emprunté aux autres évangiles et au livre des Actes des apôtres. Tout ce qui est dit ici est dit ailleurs dans la Bible. C'est une sorte de résumé de ce qui s'est passé après la découverte du tombeau vide par les femmes. Mais, à l'origine, l'évangile de Marc se terminait de façon ouverte, presque abrupte. Et c'était volontaire !

Lecture : Marc 16.1-8

La force des fins ouvertes, c'est qu'elles nous stimulent. On ne peut pas s'empêcher d'imaginer la fin, en fonction de ce qu'on connaît des personnages, ou en se mettant à leur place. C'était sans doute l'intention de Marc. L'ajout postérieur des versets 9-20 brise un peu cette dynamique.

Mais avant de nous interroger sur la fin ouverte, voyons ce qui se trouve dans la conclusion de l'évangile selon Marc, jusqu'au verset 8.


Des questions et des peurs

Il y a d'abord des questions et des peurs. Explicites ou implicites, elles sont nombreuses dans ces quelques versets : Qui va rouler la pierre pour nous ? Et comment a-t-elle été roulée finalement ? Où est passé Jésus ? Qui est ce messager qui parle ? Et enfin, la réaction des femmes au dernier versets, qui s'enfuient en courant, terrifiées, et n'osant rien dire à personne, parce qu'elles ont peur...

Les questions, les doutes, la peur... c'est bien ce qu'on ressent face à la mort. La résurrection, certes, apporte une espérance face à la mort... mais elle n'ôte pas la peur et les questions. Elle suscite même d'autres questions. La terreur des femmes survient après le constat du tombeau vide et après l'annonce de la résurrection par le messager.

L'événement de la résurrection de Jésus est entouré de mystère. Même au coeur de notre espérance, elle nous reste insaisissable. Parce que dans notre expérience, la mort reste la fin de tout. Et ce qu'il y a au-delà demeure difficilement concevable. Le croyant peut-il, face à la mort, être animé de questions, de doutes ou de peurs ? Oui, bien-sûr ! On a peur de l'inconnu...

Certes, nous avons la foi et l'espérance. Nous avons les promesses de la Bible. Bien-sûr qu'elles nous aident et nous soutiennent. Mais nous sommes humains aussi... J'aime l'honnêteté des évangiles qui décrivent les disciples empreints de doutes et de peurs, sans les idéaliser. Ils nous sont proches... Jusque dans le récit de la résurrection du Christ !



Un grand absent

Dans les évangiles, le moment de la résurrection demeure secret. Personne n'y assiste. Il n'y a pas de témoin de la résurrection, il n'y a que des témoins du Ressuscité. Mais l'évangile selon Marc, dans sa version originale, va encore plus loin puisque Jésus n'apparaît jamais dans le récit de la résurrection. Il en est le grand absent.

Il n'y a que le constat du tombeau vide et le message de l'ange, qui ne fait d'ailleurs que reprendre ce que Jésus avait déjà dit à ses disciples, juste avant sa Passion :

Marc 14.27-28
« Vous allez tous m'abandonner. En effet, on lit dans les Livres Saints :
'Je vais tuer le berger,
et les moutons partiront de tous les côtés.' »
Jésus ajoute : « Mais, quand je me réveillerai de la mort, je vous att
endrai en Galilée. »

Le moment est venu pour les disciples de se rendre à ce rendez-vous. Non seulement il ne faut pas le chercher dans le tombeau vide, ni même à Jérusalem, mais il faut se rendre en Galilée, là où tout a commencé. Là où ils ont répondu à son appel pour la première fois. Ils doivent se mettre en marche, sans l'avoir vu, par la foi...

L'accueil de la résurrection du Christ sera toujours une question de foi... ce qui ne veut pas dire que c'est absurde ! Cela signifie simplement que c'est au-delà de notre raison, invérifiable mais vrai, indémontrable mais réel. On ne peut pas le prouver, mais on peut l'expérimenter dans une relation de foi vivante avec le Christ vivant.


Une fin ouverte

On comprend mieux maintenant la pertinence d'une fin ouverte pour l'évangile selon Marc. Les questions et les peurs des femmes allant au tombeau y conduisent. Le constat de l'absence du Christ ressuscité aussi. Cette fin ouverte est pour nous l'occasion d'entrer dans le récit et de répondre à son appel. Nous nous mettons à la place des femmes de l'évangile.

Et la fin ouverte rejoint nos doutes, nos questions et nos peurs. Elle nous interroge. Qu'en faisons-nous ? Où cherchons-nous des réponses ? Où plaçons-nous notre foi et notre espérance ?

Cette fin ouverte fait du rendez-vous en Galilée un rendez-vous pour nous aussi. Non plus en Galilée mais sur nos chemins de foi, pour un nouveau départ à la suite du Christ vivant.

Enfin, cette fin ouverte se termine sur un mutisme des femmes qui nous interpelle. On sait qu'elles ont finalement parlé... mais on sait aussi que ça n'a pas été facile pour les disciples de les croire. Mais dans l'évangile selon Marc, on reste en suspend... comme si la question nous était posée : Et nous, qu'allons-nous faire ? Allons-nous aussi rester silencieux ? Si nous croyons que Jésus-Christ est ressuscité, pouvons-nous garder le silence ?

La fin ouverte de l'évangile selon Marc veut nous inviter à prendre le relais et devenir des témoins du Christ ressuscité.


Conclusion

Finalement, quoi de plus naturel qu'une fin ouverte pour évoquer la résurrection de Jésus-Christ ? Parce que la résurrection n'est pas une fin... c'est un début, un nouveau commencement. La résurrection n'est pas le « happy end » de l'évangile. Ce n'est que la fin d'un épisode, et le début de nombreux autres épisodes qui continuent de s'écrire dans les vies de tous ceux qui placent leur confiance dans le Christ vivant.

La fin ouverte de l'évangile selon Marc veut faire de l'histoire de la résurrection de Jésus notre histoire. Une histoire qui commence avec la résurrection de Jésus et se poursuit dans la foi au Christ vivant.

Jésus-Christ est ressuscité ! Le tombeau est vide. Le messager de Dieu le proclame aux femmes venues au tombeau. Le croyons-nous ? Alors allons à sa rencontre par la foi et laissons l'histoire du Ressuscité se poursuivre dans nos vies !

Rédigé par Vincent

Repost 0
Commenter cet article

professional web design 02/06/2014 14:12

Come on people. This is not fair. I totally hate it when people give such negative feedbacks. Well it is true that the ending wasn’t really convincing. But you arrive to a conclusion on the basis of the ending. Thanks.