Nul n'est prophète en son pays

Publié le 8 Juillet 2012

ecouter Ecouter la prédication                             PDF Télécharger le texte de la prédication

Cette phrase, entrée dans le langage courant, vient en réalité d'un épisode de l'Evangile. Pas sûr que tous ceux qui utilisent cette expression le sachent...

Lecture biblique : Marc 6.1-6

Jésus a grandi à Nazareth et c'est la première fois qu'il revient dans son village depuis le début de son ministère public. Dans son périple, il a croisé des gens de toutes sortes, certains qu'il a appelé à le suivre, des malades qu'il a guéris, des foules parfois nombreuses impressionnées par son enseignement. Des gens qu'il ne connaissaient pas et dont certains sont devenus des proches, comme ses disciples. 

Mais à Nazareth, tout le monde le connaît. "C'est le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon, et ses soeurs vivent ici chez nous !". Sa réputation l'a bien précédé, on a entendu parler de lui, de son enseignement et de ses miracles... mais tout le monde le connaît depuis tout petit ! Et ça change tout... 

On a du mal à prendre au sérieux ce qu'il dit. On a presque du mal à croire ce qu'on dit de lui... C'est comme si les paroles et les actes de Jésus étaient parasités par ce que les gens connaissent de lui, l'enfant du pays. Ils le connaissent trop bien, lui et sa famille, pour se laisser interpeller par Jésus !

Du coup, son ministère n'a pas autant de fruit à Nazareth qu'ailleurs... Les gens n'arrivent pas à croire en lui et Jésus accomplit très peu de miracles. Il s'en étonne lui-même... et en tire la leçon : 

"Un prophète est respecté partout, sauf dans sa ville, dans sa famille et dans sa maison."

Quelles leçons tirer de cet épisode pour nous aujourd'hui ?

 

Un prophète n'est pas forcément entendu

Jésus était un prophète ! Et pas des moindres... 

Un prophète, c'est un porte-parole de Dieu. Pas forcément un mystique à moitié illuminé ! Jésus se définit ici lui-même comme un prophète. Or, ce qu'il faisait, c'est enseigner dans la synagogue. Il commentait les Ecritures. 

Mais ici, dans la synagogue de Nazareth, il n'est pas entendu... Il ne suffit pas d'être prophète, et même le plus grand d'entre eux, pour être entendu !

Or, dans la mesure où nous témoignons de l'oeuvre de Dieu dans notre vie, dans la mesure où d'une manière ou d'une autre, nous transmettons le message de l'Evangile, cette bonne nouvelle de Jésus-Christ, nous sommes des prophètes !

Et du coup nous nous exposons aux même frustrations, partagées par tous les prophètes... y compris Jésus ! Celle de voir notre message qui n'est pas reçu, par une réactions hostile ou indifférente. Avec même souvent le sentiment d'être démuni. Que faire pour être entendu ? Que faire pour que le message de l'Evangile soit compris et reçu ? 

Souvenons-nous seulement que nous sommes responsables du message que nous transmettons, nous sommes responsables de la façon de l'incarner dans notre vie et donc de la cohérence ou non entre nos paroles et nos actes... mais nous ne sommes pas responsable de la façon dont le message est reçu !

 

Il est difficile d'être témoins dans sa famille ! 

Cela n'empêche pas d'être déçu parfois face au refus ou à l'incompréhension. C'est le cas de Jésus ici, et aussi ailleurs dans les évangiles. Et le sentiment est peut-être d'autant plus fort que cela concerne ses proches. Si c'était dur pour Jésus, normal que ce le soit pour nous aussi !

La famille et les proches ne sont pas un "champ de mission" facile. Il est difficile d'être témoin du Christ dans sa famille, quand elle n'est pas croyante. Elle nous connaît trop bien ! Il leur est difficile d'entendre autre chose que ce qu'ils savent déjà de nous...

Une autre difficulté est le fait que, envers ceux qui nous connaissent si bien, le moindre faux-pas est rédhibitoire. La vie de disciple du Christ auprès de ses proches est beaucoup plus exigeante qu'ailleurs. Parce que rien ne leur échappe. Les masques tombent... Il est bien difficile d'être prophète dans sa famille ! 

Remarquez quand même que tout n'est pas perdu. Notre texte dit bien que, malgré l'incrédulité rencontrée, Jésus a quand même guérit quelques malades. Même dans les environnements les plus hostiles ou les plus insensibles, le Christ guérit quand même !

Que ce soit dans nos familles ou auprès de nos amis, le Christ peut toujours rendre efficace notre témoignage !

 

Quand on croit connaître, on n'est plus prêt à apprendre !

Plus largement, cet épisode met le doigt sur un piège... Celui de croire qu'on connaît déjà ! 

C'est bien parce qu'ils connaissent trop bien Jésus que les habitants de Nazareth sont incapable d'entendre l'enseignement de Jésus et de le recevoir pour ce qu'il est vraiment. Pour eux, c'est le charpentier, le fils de Marie... c'est tout ! Et cette connaissance de Jésus parasitent leur compréhension. 

Nous avons aussi des parasites qui nous empêchent d'accueillir les prophètes, ou l'Evangile. 

Quand on croit connaître, on n'est plus prêt à apprendre... "L'Evangile ? Jésus ? C'est bon, je connais !" En fait, je crois connaître... et je ne suis pas prêt à entendre !

Et si cela est vrai quand on n'est pas croyant, ça reste vrai dans notre vie de croyants. Une des premières sagesses du chrétien, c'est de reconnaître qu'il ne sait pas... C'est peut-être aussi un peu cela, devenir comme des petits enfants !

Quel que soit le nombre de fois qu'on a lu la Bible entière, le nombre de diplômes théologiques qu'on possède, le nombre d'années de vie chrétienne qu'on a derrière nous... notre connaissance de Dieu et de sa Parole est limitée. On a toujours à apprendre. On ne sait pas !

Il n'y a rien de pire que les chrétiens qui ont tout compris, pour qui la Bible ne recèle plus aucun mystère et la compréhension de Dieu est un jeu d'enfant ! C'est bien triste pour eux... ils n'apprendront plus rien sur leur Dieu !

 

Conclusion

Nul n'est prophète en son pays... De notre récit d'où est issue cette maxime, nous pouvons retenir :

Qu'il n'est jamais facile d'être témoin du Christ, y compris au contact de nos proches, de ceux qui nous connaissent par coeur...

Qu'il est impératif de garder intacte une soif de connaître et ne pas s'en tenir à ce qu'on sait déjà, ne pas se laisser enfermer dans nos a priori sur les autres, et à plus forte raison sur Dieu !

Alors la conclusion de notre récit pourrait bien se confirmer, à notre niveau : 

"Jésus ne peut faire aucun miracle à Nazareth. Pourtant, il guérit quelques malades en posant les mains sur leur tête." (Mc 6.5)

Nul n'est prophète en son pays... il est difficile d'être témoin du Christ... pourtant, le Seigneur sauve encore des hommes et des femmes, de nos familles et de nos cercles d'amis !

Rédigé par Vincent

Repost 0
Commenter cet article