Mystérieux Royaume de Dieu !

Publié le 18 Novembre 2012

ecouter Ecouter la prédication                      PDF Télécharger le texte de la prédication

Lecture biblique : Marc 4.21-34

Quand Jésus parle du Royaume de Dieu, que pouvons-nous comprendre ? 

Pas grand chose, si on en croit les réactions des premiers auditeurs de Jésus. Même ses disciples ont du mal à comprendre, si bien que Jésus doit prendre le temps, en privé, de leur expliquer le sens des images qu'il utilise. Le fait d'ailleurs que Jésus ne parle du Royaume de Dieu que par des comparaisons laisse entendre que de toute façon, c'est une réalité qui nous restera toujours un peu insaisissable... 

Ça ne signifie pas pour autant qu'on ne puisse rien y comprendre. Sinon, Jésus n'en aurait  pas parlé du tout... Mais la façon dont Jésus parle du Royaume de Dieu nous oblige à une définition ouverte. Ce n'est pas un lieu, un pays, une Église... Le Royaume de Dieu, c'est le domaine de Dieu, là où il accomplit son œuvre. C'est là où Dieu règne... Personne, et nul lieu, n'en est, à priori, exclut !

Et dans notre texte, le Royaume de Dieu est d'abord comparé à des graines qui poussent toutes seules ! Ce n'est pas la moins étonnante des paraboles... En réalité, ce que Jésus dit ici, c'est que le Royaume de Dieu restera toujours pour nous un mystère. L'homme de la parabole sème des graines et ensuite il ne s'en occupe plus. Il vaque à ses occupations, dort la nuit, se réveille chaque matin... et un beau jour il se rend compte que les graines ont poussé et que la récolte est prête. Tout s'est passé sans qu'il s'en occupe, et il ne sait pas comment !

L'autre parabole est plus connue, celle où le Royaume de Dieu est comparé à une graine de moutarde. Une petite graine de rien du tout mais qui donne naissance à une plante si grande que les oiseaux peuvent venir y faire leur nid. Qui peut imaginer, en regardant une graine de moutarde, qu'elle finira par donner une si grande plante ? Ce qu'on voit du Royaume de Dieu, ce qu'on en perçoit, n'est qu'une infime partie de ce qu'il sera lorsque le projet de Dieu sera accompli. 

 

Un Royaume en croissance

Les deux paraboles parlent d'un Royaume de Dieu qui n'est pas une réalité statique. Il est en mouvement, en expansion, en croissance. Mais il ne l'est pas forcément comme on pourrait l'imaginer...

C'est un Royaume mystérieux, qui demeure pour nous insaisissable... un Royaume qui "pousse" tout seul. Un beau jour, dans telle ou telle circonstance, on se rend compte qu'il est là. Il a pris racine dans notre cœur, il a changé la vie de notre prochain, il a transformé une communauté... et on ne s'en est pas rendu compte avant. Et on ne se l'explique pas non plus... 

C'est aussi un Royaume surprenant, qui ne produira pas forcément les fruits qu'on attendait, qui ne se développera pas forcément là où on le pensait, ou de la façon dont on l'imaginait.

Dans les deux cas, le Royaume de Dieu commence tout petit, par de simples graines. Voilà qui nous invite à ne pas négliger les petits commencements. Qui sait ce qu'ils donneront demain ? Apprenons à discerner les germes du Royaume de Dieu, dans notre cœur, dans la vie de notre prochain, dans l’Église, dans le monde. Nous n'aurons que plus de joie à les voir grandir et porter du fruit !

Car il y a une constante : le Royaume de Dieu n'est pas une réalité statique. Il grandit, d'une façon et dans des proportions que nous ne pouvons même pas imaginer. Il suffit d'ouvrir les yeux, d'avoir un cœur bien disposé, de se laisser surprendre. 

 

Un Royaume... de Dieu !

On peut aussi recevoir ces deux paraboles comme des rappels salutaires qui nous remettent dans une juste perspective. C'est un peu comme si Jésus nous disait : 

"Ne t'imagines pas que tu sois indispensable...  Le Royaume de Dieu va grandir, avec ou sans toi !"

"Ne t'imagine pas pouvoir prévoir ce qu'il deviendra... Le Royaume de Dieu réservera toujours des surprises."

Le Royaume de Dieu est toujours plus grand, toujours plus complexe, toujours plus mystérieux que ce qu'on peut en comprendre. Comment pourrait-il en être autrement puisqu'il est l’œuvre de Dieu ? Le Dieu infini, tout-puissant, Créateur de toutes choses... Pauvre Royaume de Dieu si nous le réduisons à notre taille ! 

Jésus veut faire éclater nos étroitesses d'esprit, nos réflexes identitaires et sectaires. Nous qui savons si facilement fixer des limites au Royaume de Dieu... dans nos définitions de ce qu'est la vraie Église, de ce que doit être le chrétien authentique, de ce qu'est la bonne théologie évangélique et biblique... 

Mais le Royaume de Dieu n'a pas besoin de nos définitions de l’Église. Il n'a même pas besoin de nous pour exister et pour grandir. Il est comme les graines qui poussent toutes seules. Il est l’œuvre de Dieu, pas la nôtre !

 

Dans la lumière du Royaume de Dieu

Il faut maintenant revenir à la première métaphore de notre texte, celle de la lampe qu'on ne cache pas. La métaphore n'est pas introduite par la formule "le Royaume de Dieu est semblable à..." mais il en est bien question ! C'est le Royaume de Dieu qui met tout en lumière. D'où l'avertissement à faire bien attention à ce qu'on entend... 

D'où aussi la conclusion qu'on retrouvera à la fin de la parabole des talents, chez Matthieu : "Celui qui a quelque chose, on lui donnera encore plus. Mais celui qui n'a rien, on lui enlèvera même le peu de choses qu'il a."

Vivons aujourd'hui dans la lumière parce que nous aurons des comptes à rendre demain ! 

Certes, nous ne comprenons pas tout du Royaume de Dieu. Il demeure, en grande partie mystérieux et insaisissable. Mais il est aussi une réalité à laquelle nous pouvons goûter, dans notre relation personnelle avec Dieu, dans notre expérience de l’Église, dans l'amour du prochain... Et dans tous ces domaines, ce que nous entendons, ce que nous recevons, nous responsabilise. 

On n'est pas responsable de tout le Royaume de Dieu, ni responsable de tous ceux qui s'en réclament ! On est responsable de ce que nous faisons avec ce que nous avons reçu. Et c'est déjà pas mal ! C'est suffisant pour apporter sa pierre à l'édifice. Et c'est suffisamment important pour que nous prenions notre tâche au sérieux !

La réussite du projet de Dieu ne dépend pas de nous... elle nous dépasse. C'est rassurant ! Mais par cette mise en garde, qui est aussi une exhortation, Jésus nous rappelle que nous sommes tous concernés. En ce qui me concerne, le Royaume de Dieu commence dans mon cœur. 

 

Conclusion

Qu'avons-nous donc compris du Royaume de Dieu ? 

Qu'il est toujours plus grand et plus mystérieux que la conception que nous en avons. Mais qu'il nous concerne tous parce que, pour chacun d'entre nous, il commence dans notre cœur. Nous sommes donc responsables de ce que nous avons reçu du Royaume de Dieu. 

Mais n'oublions pas qu'il reste l’œuvre de Dieu. Que ce soit dans le monde, dans l’Église, ou dans mon cœur. Et c'est bien pour cela que tout est toujours possible ! Le Royaume de Dieu est en marche... Comment l'est-il dans votre vie ? 

Rédigé par Vincent

Repost 0
Commenter cet article