Le groupe des Douze : prototype de l'Eglise

Publié le 21 Octobre 2012

ecouter Ecouter la prédication                                            PDF Télécharger le texte de la prédication

Lecture biblique : Marc 3.7-19

Dans ces versets, on nous décrit un peu la vie publique et la vie privée de Jésus. 

Sa vie publique est agitée, sous le feu des projecteurs. A notre époque, il serait entouré par les journalistes et les paparazzis, il ferait la une des journaux et passerait peut-être même en live dans les chaînes d'info continue... Il est pressé par les foules intriguées par les miracles et les guérisons, par les esprits mauvais qui se soumettent à lui, de façon spectaculaire, en proclamant "Tu es le Fils de Dieu !" Il y a tellement de monde que Jésus doit prendre ses précautions et monter sur une barque.

Et puis il y a la vie privée de Jésus. Il arrive à s'extirper de la foule et se retirer sur la montagne. Et là il prend avec lui quelques disciples qu'il choisit et qu'il nomme apôtres. 

Apôtre, ça signifie simplement envoyé. Il va les garder auprès de lui pour les former, en vue de la mission qui leur sera confiée. Il va les envoyer annoncer le Royaume de Dieu et leur donne le pouvoir de chasser les esprits mauvais. Bref, Jésus les choisit pour prendre la suite de son action... 

Ils sont 12, et ce n'est pas un hasard. C'est le nombre du peuple de Dieu, référence aux 12 tribus d'Israël. Un choix symbolique. Ils constituent l'embryon de l'Eglise, les "pères" du nouveau peuple de Dieu, ou plutôt du peuple de Dieu renouvelé, celui de la nouvelle Alliance. 

N'auraient-ils pas quelque chose à nous dire sur l'Eglise ? 

 

Des liens affectifs

Les trois premiers nommés sont les intimes de Jésus, ses disciples les plus proches qu'il prend avec lui à des moments clé (la Transfiguration, Gethsémané...). D'ailleurs, signe peut-être de cette intimité, Jésus leur a donné un surnom. Simon devient Pierre ; Jacques et Jean, les fils de Zébédée, deviennent Boanerges, "les hommes pareils au tonnerre". 

Si Jésus avait des affinités particulières avec certains de ses disciples, nul doute qu'il y en avait aussi entre les apôtres eux-mêmes. C'est bien naturel. On ne doit pas s'attendre, dans l'Eglise non plus, a avoir les mêmes relations avec tout le monde...

Pourquoi Jésus était-il plus proche de ces trois ? Certainement pas parce qu'ils étaient meilleurs que les autres, ou plus spirituels. On ne peut pas dire que les Evangiles les présentent comme des modèles. Pierre, qui s'emporte, parle trop vite, ne tient pas parole et renie Jésus... Les fils de Zébédée, avec leur mère qui s'en mêle, essayaient de savoir lequel sera assis à droite et lequel à gauche de Jésus dans le Royaume... 

 

Et ce ne sont pas forcément les plus calmes ! On connaît l'impulsivité de Pierre et son rôle de leader par la suite. Et puis son surnom fait de lui quelqu'un qui a la tête dur ! Quant au surnom des fils de Zébédée, il est assez explicite !

Jésus n'a pas choisi de disciples faibles, faciles à modeler, mais des hommes parfois avec un fort caractère. Pourquoi les chrétiens, les membres d'Eglises, devraient être des moutons de Panurge ? Ils ont aussi leur caractères et il est naturel que ça se "frotte" un peu parfois... 

 

Dans la lumière ou dans l'ombre

Quand on considère l'ensemble de la liste des Douze, on retrouve des noms connus : en plus de Pierre, Jacques et Jean, il y a Matthieu, Thomas, ou le tristement célèbre Judas. 

Mais plusieurs sont des parfaits inconnus. Il n'en est question pratiquement qu'ici dans les Evangile. On en a pas parlé avant. On en parlera pas ensuite dans la Bible. C'est le cas de Barthélémy ou Thaddée par exemple ! On n'a parfois même pas de traditions extra-bibliques à leur propos... Il n'en ont pas moins été apôtres de Jésus-Christ ! Autant que les autres. Ils ont joué leur rôle dans l'histoire de l'Eglise même s'ils n'ont presque pas laissé de trace dans la Bible. 

Et l'Eglise est faite aussi de membres célèbres et d'autres non. Certains sont dans la lumière, d'autres restent dans l'ombre. Certains sont connus de tous, pour d'autres on ne se souvient pas toujours de leur nom...

Et alors ? Chacun a son rôle à jouer, chacun peut trouver sa place. Dans l'ombre ou dans la lumière. Et chacun a autant d'importance pour l'Eglise dans son ensemble. 

 

Un groupe disparate

Il y a aussi une autre impression qui ressort de cette liste. C'est sa diversité. Quel groupe disparate !

Par exemple, on a Matthieu, qu'on identifie à Lévi, qui était collecteur de taxes. Donc, d'une certaine manière, collaborateur avec l'occupant romain. Et puis on a Simon, dit le zélote, qui était nationaliste. C'était peut-être aussi le cas de Judas. Bref, des opposants politiques à l'empire romain. Aujourd'hui, on dirait qu'ils étaient aux deux extrêmes de l'échiquier  politique !

Et puis, au milieu de tous ces noms d'origines hébraïque ou araméenne, il y a Philippe, un  nom d'origine grecque. Ce qui fait de lui sans doute un Juif helléniste. Si on ne connaît pas les origines de tous les apôtres, on constate quand même qu'ils étaient de différentes origines sociale et culturelle, il y avait des lettrés et des hommes simples... 

Bref, une communauté loin d'être uniforme. Et ça a d'ailleurs pu créer des tensions. Les Evangiles le laissent entendre, en parlant de disputes, notamment pour savoir lequel d'entre eux était le plus grand, etc...

On pourrait presque se demander si Jésus n'a pas fait quelques erreurs de casting. Si des experts l'avaient conseillé, il aurait choisi un groupe plus homogène... Mais le fait que 2000 ans après, l'Eglise issue de ce groupe disparate représente aujourd'hui plus de 2 milliards de personnes répandues sur tous les continents montre que le choix n'était pas si mauvais que ça !

Dès le début, ce n'est pas l'uniformité qui est recherchée. Ce qui unit les douze, c'est le fait que le Christ les ait appelé. Et c'est la mission commune qu'ils ont reçue de lui. C'est la même chose pour nous. Ce qui nous unit en tant qu'Eglise, c'est d'avoir été appelés par le Christ et c'est notre commune volonté de servir le Seigneur. Nous sommes au moins aussi disparate que le groupe des 12. Et c'est très bien qu'il en soit ainsi. Je redoute les volonté d'uniformisation de l'Eglise. On entend parfois ce genre de discours, ou on le sous-entend. Ce serait plus efficace pour l'évangélisation... Peu importe ! L'Eglise de Jésus-Christ tire sa richesse de sa diversité, pas d'une illusoire uniformité. 

Sur le plan local, nous devons favoriser cette diversité et vivre nos différences comme des richesses. 

 

Où sont les femmes ?

Avant de conclure, il faut bien relever un petit problème, du moins de notre point de vue moderne. Parmi les 12, il n'y a que des hommes... Pas une seule femme ! 

C'est sans doute lié au contexte culturel de l'époque. Il n'était tout simplement pas possible, pour des raisons de blocage culturel, d'intégrer des femmes parmi les 12 pour Jésus... 

Mais il faut quand même souligner qu'il y avait beaucoup de femmes qui suivaient Jésus quand même. L'Evangile en mentionne quelques-unes et plusieurs ont eu un rôle important. Elles sont même d'une manière générale présentées comme plus fidèles et plus courageuses que les hommes. Ce sont elles qui étaient là quand les hommes, y compris Pierre, avaient tous fuis, lorsque Jésus a été crucifiée. Et le premier témoin du Christ ressuscité, ce sera bien une femme ! 

Aujourd'hui, il n'y a plus les mêmes blocages culturels. Et je crois que si Jésus venait maintenant, il se pourrait bien qu'il intègre des femmes dans le groupe des 12 ! Peut-être même en respectant la parité...

 

Conclusion

Le groupe des Douze est bien un prototype de l'Eglise. Il préfigure ce que l'Eglise de Jésus-Christ est appelée à être, dans toutes les générations :

  • Une communauté appelée par le Christ et envoyée comme témoin du Royaume de Dieu. 
  • Une communauté unie par des liens forts, y compris sur le plan affectif. 
  • Une communauté dans laquelle chacun a sa place, qu'il soit dans l'ombre ou la lumière. 
  • Une communauté qui ne recherche pas l'uniformité mais cultive sa diversité comme une richesse. 
  • Mais une communauté qui évolue avec la société, qui change de visage sans changer d'appel ni de mission. 

Rédigé par Vincent

Repost 0
Commenter cet article