La vision des ossements desséchés

Publié le 10 Avril 2011

PDF Télécharger la prédication au format PDF

 

ecouter Ecouter la prédication

 

 

Ezéchiel 37.1-14
1 La main du SEIGNEUR fut sur moi; le SEIGNEUR me fit sortir par un souffle et me déposa au milieu de la vallée; celle-ci était remplie d'ossements.
2 Il me fit passer auprès d'eux, tout autour : ils étaient très nombreux, dans la vallée, et ils étaient très secs.
3 Il me dit : Humain, ces ossements pourront-ils revivre ? Je répondis : Seigneur DIEU, c'est toi qui le sais !
4 Il me dit : Parle en prophète sur ces ossements. Tu leur diras : Ossements desséchés, écoutez la parole du SEIGNEUR !
5 Voici ce que dit le Seigneur DIEU à ces ossements : Je fais venir en vous un souffle, et vous vivrez;
6 je placerai sur vous des tendons, je ferai pousser de la chair sur vous, je vous recouvrirai de peau, je mettrai en vous un souffle, vous vivrez, et ainsi vous saurez que je suis le SEIGNEUR.
7 Je parlai en prophète, selon ce qui m'avait été ordonné. Et comme je parlais en prophète, il y eut un bruit, il y eut un frémissement – et les ossements se rapprochèrent les uns des autres.
8 Je constatai qu'il y avait sur eux des tendons. La chair se mit à pousser, et la peau les recouvrit par-dessus, mais il n'y avait pas de souffle en eux.
9 Il me dit : Parle en prophète sur le souffle, parle en prophète, humain ! Tu diras au souffle : Ainsi parle le Seigneur DIEU : Viens des quatre vents, ô souffle ! Souffle sur ces tués, et qu'ils revivent !
10 Je parlai en prophète, comme il me l'avait ordonné. Alors le souffle vint en eux, ils reprirent vie et se tinrent debout sur leurs jambes. C'était une très grande armée, une armée immense.
11 Il me dit : Humain, ces ossements, c'est toute la maison d'Israël. Ils disent : Nos ossements sont desséchés, notre espoir s'est évanoui, nous sommes perdus !
12 A cause de cela, parle en prophète ! Tu leur diras : Ainsi parle le Seigneur DIEU : J'ouvre vos tombes, je vous ferai remonter de vos tombes, ô mon peuple, et je vous ramènerai sur la terre d'Israël.
13 Ainsi vous saurez que je suis le SEIGNEUR, lorsque j'ouvrirai vos tombes et que je vous ferai remonter de vos tombes, ô mon peuple !
14 Je mettrai mon souffle en vous, et vous reprendrez vie; je vous ramènerai sur votre terre, et ainsi vous saurez que c'est moi, le SEIGNEUR, qui ai parlé et agi – déclaration du SEIGNEUR.

 

C'est une vraie scène de film d'horreur, décrite en détail, avec des ossements qui bougent tout seul, qui se rassemblent et se couvrent petit à petit de tendons, de chair et de peau et qui finalement reprennent vie !

Et pourtant, ce n'est ni une scène de Frankenstein ni de La nuit des morts-vivants ! C'est une vision du prophète Ezéchiel, prophète de l'exil, au VIe siècle avant J-C ! Une vision macabre qui se transforme en vision glorieuse. Un cauchemar qui devient un rêve plein d'espérance !

Le contexte historique : 

Le peuple d'Israël (de Juda en fait) est en exil à Babylone. Le pays a été envahi par les Babyloniens, le temple profané, les murailles de la ville de Jérusalem détruites. 

Un peuple en exil, sans terre, est un peuple mort ! Et ils se perçoivent ainsi. Le champ d'ossements desséchés, c'est une image de la situation de désespoir dans laquelle se trouvait le peuple d'Israël au temps d'Ezéchiel : 

« Ces ossements, c'est toute la maison d'Israël. Ils disent : Nos ossements sont desséchés, notre espoir s'est évanoui, nous sommes perdus ! » (v.11)

Dans ce contexte, la vision d'Ezéchiel apparaît comme un formidable espoir, un espoir fou : celui d'une résurrection ! Non, tout espoir n'est pas perdu. Il y a encore un avenir pour le peuple du Seigneur : Dieu les restaurera, il les reconduira sur leur terre :

« Je mettrai mon souffle en vous, et vous reprendrez vie ; je vous ramènerai sur votre terre » (v.14)

Et le retour de l'exil aura bien lieu, quelques décennies plus tard, alors que la domination sur la région aura changé d'épaule.

Mais à y regarder de près, cette vision déborde ce cadre historique. C'est plus que le retour de l'exil qui est visé ici. Les termes utilisés (« lorsque j'ouvrirai vos tombes... »), l'image spectaculaire qui y est décrite, nous invitent à porter nos regard au-delà du VIe siècle avant J-C. 

Ne voit-on pas poindre dans cette vision, la lumière de la résurrection, celle du Christ, prémices de la nôtre ? N'y voit-on pas un Dieu qui seul est capable de redonner vie à ce qui est mort et sans espoir ?

 

Desséchés...

La vision, à son début est impressionnante. Transporté dans une vallée, Ezéchiel se retrouve au milieu d'un champ d'ossements humains. Et Dieu prend le temps de faire passer le prophète au milieu de tous ces ossements desséchés. (cf. v.2)

Tout cela conduit au constat du prophète : ces ossements étaient très nombreux et ils étaient très secs. Autrement dit, morts et bien morts. Macabre constat... 

Un peu d'espoir ?

La question du Seigneur souligne l'état de désolation : « Ces ossements pourront-ils revivre ? » La réponse est évidente ! Bien-sûr que non. Ce ne sont même pas des cadavres, juste des ossements... et même des ossements très secs !

Pourtant, ce n'est pas ce que le prophète répond ! « Seigneur, c'est toi qui le sais ! » Une once d'espoir peut donc subsister... On ne sait jamais avec le Seigneur ! Tout est toujours possible ! 

Mais les ossements ne vont pas revivre d'eux-mêmes... il faudra que Dieu fasse quelque chose, quelque chose d'extraordinaire ! Il n'y a pas de résurrection spontanée !

Nos coeurs desséchés

Desséchés... Le constat est amer. C'est aussi l'état du coeur des exilés à Babylone. Desséchés et sans espoir. Un constat qui, dans une certaine mesure, peut aussi parfois être le nôtre. Un sentiment de dessèchement spirituel, ayant perdu l'espoir, la motivation, la vie...

Nous n'avons plus envie de prier, de lire la Bible, d'aller au culte, de témoigner de notre foi... Nous vivons une période de doutes, de remises en question. Ne nous arrive-t-il pas d'avoir le sentiment d'être en exil loin de la terre promise, loin de la communion avec Dieu ? D'avoir un coeur qui ressemble un peu à un champ d'ossements desséchés...

Ce coeur desséché reprendra-t-il vie, tout seul ? Non... La vie ne reviendra pas toute seule, pas plus dans le champ d'ossements de la vision d'Ezéchiel que dans notre coeur desséché... Ne pensons pas que « avec le temps, ça reviendra. » Le temps n'y fera rien. Sinon, peut-être, accentuer le dessèchement... 

Il faut l'intervention de Dieu, l'action de son souffle en nous. Il faut que Dieu redonne vie à nos coeurs desséchés !

 

Ressuscités !

Une nouvelle création

C'est la formidable espérance qui éclate dans la deuxième partie de la vision d'Ezéchiel ! On y assiste à une nouvelle création. Un peu comme dans le récit de Gn 2 où l'homme est créé en deux temps : d'abord façonné à partir de la poussière du sol, puis recevant de Dieu le souffle vital. Ici, les hommes sont refaçonnés à partir d'ossements desséchés, puis ils reçoivent un souffle vital. C'est le Dieu Créateur qui manifeste sa puissance !

Pas de résurrection sans le souffle de Dieu

Mais la vision insiste sur la résurrection en deux temps. Au milieu de la vision, il manquait quelque chose. Les ossements se sont rassemblés, des tendons, de la chair et de la peau  ont été ajouté... mais il n'y avait pas de souffle ! Sans le souffle de Dieu, toute « résurrection » n'est qu'un bricolage...

Même les os rassemblés et recouverts de chair et de peau, les corps restent des cadavres s'ils ne sont pas animés du souffle de vie ! cf. v.9 : « Souffle sur ces tués ! » On pourrait même dire « ces cadavres » ! (Bible en Français Courant)

Dans le contexte du prophète, où la vision annonce le retour dans le pays du peuple exilé, nous pouvons y voir un avertissement. Revenir dans le pays ça ne suffit pas. Il faut aussi se laisser animer par le souffle de Dieu ! Un simple retour dans le pays ne suffit pas pour que ce soit considéré comme une résurrection. Il faut aussi un retour du souffle de Dieu. 

Le souffle de Dieu dans notre vie

Sans l'action de Dieu, sans son souffle qui redonne vie, nous ne valons pas plus que cela. Des cadavres... des morts-vivants. « Quant à vous, vous étiez morts... » (Ep 2.1)

Et si notre coeur est desséché, seul le souffle de Dieu pourra lui redonner la vie. Ni le temps, ni nos efforts, ni aucune technique spirituelle... 

Et même une Eglise, une grande Eglise, ressemble à un champ d'ossements desséchés si elle n'est pas animée par l'Esprit de Dieu. Tout au plus une foule de cadavres... 

C'est ce souffle de Dieu que nous devons rechercher, pour notre vie, pour notre Eglise. 

Dans notre vie, le souffle vital de Dieu peut aussi souffler et être source de résurrection. Redonner vie à notre coeur desséché, donner la patience dans l'épreuve, la joie dans les souffrances, l'espérance dans le doute... 

Dans l'Eglise, le souffle de Dieu doit habiter nos structures, nos projets, nos activités. Car sans le souffle de Dieu, la vie n'est pas là. Une grande Eglise, bien structurée et avec de beaux locaux peut être morte parce que vide du souffle de Dieu... 

 

Conclusion

Dans sa vision, Ezéchiel passe bien du cauchemar au rêve plein d'espérance. C'est un peu le chemin que Dieu nous invite à emprunter, chacun pour notre part. 

Tout commence dans la prise de conscience de notre état de mort spirituelle sans Lui. Se voir comme un tas d'ossements desséché n'est pas très agréable... pourtant c'est bien là que tout doit commencer. 

Car rien n'est impossible à Dieu. Lui, le Créateur de toutes choses, peut tout créer et recréer. Lui qui a ressuscité Jésus-Christ d'entre les morts peut insuffler son souffle vital dans notre vie et raviver notre coeur asséché. 

Mais ne nous arrêtons pas à un remodelage en surface, dans notre vie ou dans notre Eglise. Ne nous arrêtons pas au milieu de la vision d'Ezéchiel et accueillons le souffle vital de Dieu, le souffle de son Esprit qui nous transmet la vie de Dieu. Sans lui nous sommes morts. Mais avec lui, nous sommes vivants, ressuscités avec le Christ !


questionPour aller plus loin...

 

 

 

Questions bibliques et théologiques

Lisez le texte suivant la vision des ossements desséchés (Ez 37.15-28). 

  • De quelle restauration est-il question pour le peuple d'Israël dans ce texte ?
  • En quoi est-ce que ça éclaire la vision des ossements desséchés ?
  • Comment comprendre ce texte à la lumière du Nouveau Testament (en particulier le verset 24) ? Comparez avec Jn 10.14-16, Ep 2.14-16

Questions personnelles

Qu'est-ce qui peut provoquer, ou a déjà provoqué, dans ma vie spirituelle des périodes de « dessèchement » ?

  • Comment puis-je faire (ou comment ai-je fait), pour permettre au souffle de Dieu de lui redonner vie ?

Rédigé par Vincent

Repost 0
Commenter cet article