L'Evangile est une bonne nouvelle !

Publié le 4 Décembre 2011

PDF Télécharger le texte de la prédication

Lecture biblique : Marc 1.1-8

"La Bonne Nouvelle de Jésus-Christ commence ici..." 

Est-ce que ça ne fait pas du bien, en ces temps moroses, d'entendre parler de bonne nouvelle ? Au milieu de toutes ces mauvaises nouvelles de la crise, du chômage, des violences en Syrie, en Egypte ou ailleurs...  

Littéralement le verset dit : "Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ". Ca pourrait être juste un titre... je pense que c'est plus que cela !

Une Bonne nouvelle

On oublie parfois que le mot évangile signifie bonne nouvelle. Plutôt que de parler de l'évangile de Marc, ou de Matthieu, Luc ou Jean, on devrait parler de l'évangile de Jésus-Christ, la bonne nouvelle de Jésus-Christ, selon Marc, Matthieu, Luc ou Jean. 

La précision a du sens : la bonne nouvelle, c'est Jésus-Christ ! Ce qu'il est et ce qu'il a fait. Sa naissance, sa vie sur terre, ses miracles et son enseignement. Mais surtout sa mort et sa résurrection, source de notre salut.  Voilà la bonne nouvelle !

Et la nouvelle est si bonne et si importante que la Bible nous la raconte 4 fois ! Comme les 4 points cardinaux... car cette bonne nouvelle est universelle !

 

Se préparer à accueillir la Bonne Nouvelle...

"Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ..."

Avant la Bonne Nouvelle

Où commence la Bonne Nouvelle chez Marc ? Il y a là comme un paradoxe : la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ... ne commence pas avec Jésus-Christ ! Elle commence avec une parole d'un prophète, Esaïe, et avec le personnage de Jean-Baptiste. La bonne nouvelle commence avant la bonne nouvelle. 

Le prophète Esaïe annonce la venue d'une voix qui préparera l'arrivée du Seigneur et Jean déclare qu'il vient avant quelqu'un d'autre, de bien plus important, dont il n'est même pas digne d'enlever les sandales. 

Mais avant la Bonne Nouvelle, c'est déjà la Bonne Nouvelle ! On s'y prépare... Car on n'accueille pas correctement la Bonne Nouvelle sans s'y être préparé !

L'accueil personnel de l'évangile est l'aboutissement d'une préparation, parfois longue. Différente pour chacun : une éducation chrétienne, une quête spirituelle, différentes expériences, parfois même des épreuves ou, au contraire, des événements heureux inattendus... 

Continuer d'accueillir la Bonne Nouvelle

Il y a un accueil initial qui est nécessaire : c'est la conversion ! Mais cette bonne nouvelle doit être sans cesse reçue à nouveau, pour qu'elle continue de changer notre vie. Et pour que ce soit le cas, nous devons continuer à nous préparer à la recevoir...

Comment nous préparons-nous à accueillir la bonne nouvelle aujourd'hui ? Aujourd'hui dimanche, ou dans notre quotidien... Dans quel état d'esprit venons-nous au culte ? Dans quelles conditions ouvrons-nous notre Bible et prions-nous à la maison ? 

Peut-on se contenter de lire sa Bible en prenant son petit-déjeuner, sur un coin de table... comme on lirait les pages sport d'un quotidien ? Peut-on se satisfaire de venir à l'Eglise par habitude, en arrivant à la dernière minute et en repartant aussitôt le culte terminé ?

Est-ce vraiment cela, se préparer à recevoir la bonne nouvelle de Jésus-Christ ?

Il ne s'agit pas, bien-sûr, de se préparer à chaque culte du dimanche par trois jours de jeûne. Ni de mettre son réveil tous les matins à 4 heures pour passer deux heures en prière avant de lire sa Bible !

Il s'agit sans doute d'abord d'une question de disposition d'esprit, de priorité, d'envie... Mais ne nous étonnons pas de ne pas recevoir dans notre vie la bonne nouvelle de Jésus-Christ si nous ne nous préparons pas à l'accueillir... 

 

Une Bonne Nouvelle inachevée...

Un commencement et une fin ?

On pourrait se dire que s'il y a un commencement, il doit y avoir une fin. On pourrait imaginer que le dernier verset de l'évangile selon Marc soit : "fin de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ..." Eh bien non ! 

Il est très probable que la finale que nous avons dans nos Bibles soit un ajout postérieur à Marc. L'Evangile se terminait certainement à l'origine de façon ouverte.. 

Marc 16.8 [Parole de Vie]

 8 Les femmes sortent de la tombe et partent en courant. Elles tremblent, elles sont bouleversées, et elles ne disent rien à personne, parce qu'elles ont peur.

D'une certaine façon, l'évangile selon Marc ne se termine pas... et j'aime à penser que c'est volontaire. Un peu comme le livre de Jonas qui se termine par une question de Dieu qui reste sans réponse... mais qui du coup appelle notre réponse !

Jonas 4.11 [Parole de Vie]

11 À Ninive, il y a plus de 120 000 habitants qui ne savent pas ce qui est bon pour eux. Il y a aussi beaucoup d'animaux. Alors, est-ce que je ne peux pas, moi, avoir pitié de cette grande ville de Ninive ? »

Marc nous présente la bonne nouvelle de Jésus-Christ comme une histoire ouverte, inachevée... si elle ne se prolonge pas dans nos vies. La Bonne Nouvelle de Jésus-Christ en sera vraiment une lorsqu'elle sera une bonne nouvelle dans notre vie. C'est aussi pour cela que l'évangile n'est qu'un commencement... 

 

Une fin à suivre...

Estimons-nous que la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ a terminé son oeuvre en nous ou ne l'a-t-elle que commencée ?

La question mérite d'être posée parce que si nous estimons notre conversion à Jésus-Christ comme le happy end de notre vie, nous n'avons plus rien à vivre... Et c'est bien triste. 

Par contre, si ce n'est que le commencement, si la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ a encore une oeuvre à poursuivre en nous, c'est que le film n'est pas fini et que nous avons encore des aventures à vivre !

 

Conclusion

"Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ..."

Et dans votre vie, qu'en est-il ? Cette Bonne Nouvelle a-t-elle commencé en vous ou s'est-elle arrêtée ?

Etes-vous en train de vivre une histoire toujours nouvelle avec Jésus-Christ ? Ou avez-vous l'impression d'avoir vécu une fin prématurée du film, avec une Bonne Nouvelle figée dans le passé ? 

Mais si c'est le cas, si vous avez l'impression d'être arrivé au bout de la bobine, dans une vie chrétienne qui a perdu sa saveur, il est possible de commencer un nouvel épisode. Il suffit de se préparer à recevoir tout à nouveau la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. 

Une Bonne Nouvelle qui n'a jamais de clap de fin. Car elle est toujours une histoire à suivre, riche de nouveaux épisodes. 

 

_______________________________

Pour aller plus loin

Questions bibliques et théologiques

Pourquoi Jean s'est-il retiré dans le désert pour annoncer son message ? 

  • Qu'est-ce que cela peut nous apprendre quant à l'idée d'une préparation pour recevoir la Bonne Nouvelle ? 

Dans les paroles de Jean-Baptiste, quels éléments peuvent être considérés comme des bonnes nouvelles ? 

  • Comment trouveront-elles leur accomplissement dans la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ ?

Questions personnelles

Comment est-ce que je me prépare à accueillir Jésus-Christ lorsque je vais à l'Eglise le dimanche ? Lorsque je lis la Bible chez moi, est-ce qu'elle retentit encore comme une bonne nouvelle ? Comment pourrais-je mieux m'y préparer ?

Rédigé par Vincent

Repost 0
Commenter cet article