L'Esprit souffle où il veut

Publié le 23 Mai 2010

 

vent.jpgLecture bibloique : Jean 3.1-8


Le Seigneur fait bien les choses. Et le mistral qu'il nous a envoyé pendant ces derniers jours ne pouvait mieux nous préparer à ce jour de Pentecôte !


Le vent souffle où il veut ; tu l'entends, mais tu ne sais pas d'où il vient ni où il va. Il en est ainsi de quiconque est né de l'Esprit. (Jean 3.8 )


Jésus joue sur le double sens du mot pneuma : souffle et esprit. Il parle de l'Esprit, et en particulier de l'oeuvre de l'Esprit qui nous fait naître de nouveau, en utilisant la métaphore du vent. 


Quand Jésus dit « le vent souffle où il veut », on peut donc aussi comprendre « l'Esprit souffle où il veut. »



Le vent est insaisissable


Le vent souffle où il veut. Il est insaisissable, imprévisible. Aujourd'hui, on peut prévoir avec la météo s'il va y avoir du vent ou pas, même estimer la force du vent. Mais peut-on prévoir chaque rafale et connaître quels effets aura chaque rafale ? Quel arbre le vent fera tomber ?


Si c'est vrai pour le vent, ça l'est aussi pour l'Esprit. Il est insaisissable. Et plus encore que le vent : Le vent souffle où il veut... c'est une formule de langage. Le vent n'est pas doué de volonté propre ! L'esprit saint, oui ! On peut prédire les vents en météorologie parce que les courants aériens obéissent à des lois. L'Esprit n'est pas une force impersonnelle, c'est la troisième personne de la Trinité. C'est Dieu lui-même !


L'Esprit souffle où il veut ! On ne sait pas d'où il vient ni où il va. On ne connaît pas ses projets... c'est lui qui décide. Le discours de Jésus est métaphorique : le vent est une force, l'Esprit est une personne ! N'essayons même pas de le maîtriser, de le contrôler. Dans le livre des Actes, Simon, le magicien, aurait bien voulu le faire contre de l'argent... et grand mal lui a pris !


Nous devons bannir de notre discours tout ce qui pourrait laisser entendre une volonté de contrôler ou maîtriser le Saint-Esprit. Ce serait une offense à la troisième personne de la Trinité ! L'Esprit souffle où il veut... et non pas où et quand nous le voudrions !




On l'entend mais on ne le voit pas


Littéralement, Jésus dit « tu entends son bruit (ou sa voix). » Si on parle du vent, c'est son bruit. Si on parle de l'Esprit, c'est plutôt sa voix !


On entend le vent lorsqu'il souffle dans les arbres ou qu'il siffle dans les maisons. On le sent quand il souffle sur nous. Mais on ne le voit pas. On voit ce qu'il produit, les arbres qu'il fait bouger, les portes qu'il fait claquer, les chevelures qu'il décoiffe... De même on ne voit pas l'Esprit saint mais on voit son oeuvre. On le voit de façon indirecte, dans les vies qu'il transforme, les actes qu'il suscite, les paroles qu'il inspire.


Même si le Saint-Esprit est, par nature, invisible, sa présence est décelable, perceptible. 


L'Esprit souffle où il veut... et tu entends sa voix. Le vent, on l'entend, surtout quand il souffle fort. Et quand il n'est qu'une brise, il faut faire silence pour l'entendre. L'Esprit saint n'est pas présent seulement lorsqu'il souffle fort, comme au jour de la Pentecôte. Il l'est aussi quand il souffle comme une brise légère, dans notre quotidien. Mais pour l'entendre, il faut savoir s'arrêter, faire silence et écouter.



Etre né de l'Esprit... de façon imprévisible


« Il en est ainsi de quiconque est né de l'Esprit. » Qu'est-ce que ça signifie ? Que celui qui est né de l'Esprit est imprévisible ? Plutôt qu'on ne ne peut pas comprendre comment cela arrive. Que la façon dont l'Esprit fait naître de nouveau est imprévisible...


Alors pourquoi vouloir si facilement enfermer dans des cases, dans des moules, la véritable façon de se convertir ? Il faut faire ceci, dire cela, renoncer à ceci, s'interdire cela...


L'oeuvre de l'Esprit est imprévisible comme le vent. On en voit la réalité en voyant les conséquences, de façon indirecte. D'une façon ou d'une autre, être animé par le Saint-Esprit, ça se voit !


Ce n'est pas que la nouvelle naissance qui est imprévisible, c'est aussi le cas de ce qui suit. Nés de l'Esprit, il nous faut encore vivre par l'Esprit. Il est le vent qui souffle dans nos voiles pour nous faire avancer. Le vent qui souffle dans nos pals pour produire l'énergie dont nous avons besoin pour agir. Le vent qui souffle sur les braises de notre coeur pour les attiser et raviver notre flamme. Le souffle qui va jusqu'à nous ranimer, comme dans un bouche à bouche si nous nous sommes éloignés de Dieu... 


On ne sait pas où l'Esprit va nous mener, une fois qu'il nous a fait naître de nouveau ! L'oeuvre de l'Esprit en nous reste insaisissable, imprévisible. Mais elle est vitale !


Dans une course de fond, il y a parfois des coups de barre où il est difficile d'avancer, difficile même de souffler. Mais si on continue, ça repart. C'est ce qu'on appelle trouver un second souffle. Ce second souffle pour le chrétien, c'est celui de l'Esprit saint. Si on ne compte que sur notre propre souffle, nos capacités et nos propres forces, on n'arrivera pas au terme de la course. Le second souffle, celui qui nous permet de rallier l'arrivée, c'est celui du Saint-Esprit !



Conclusion


L'Esprit souffle où il veut ! Et c'est même pour cela qu'il fait naître à des vies nouvelles des hommes et des femmes si différents, par des cheminements si différents, en produisant des fruits si différents. 


L'Esprit souffle où il veut ; tu l'entends, mais tu ne sais pas d'où il vient ni où il va. Du coup, on ne sait pas non plus où il va nous mener !


Car être né de l'Esprit, c'est avoir reçu le souffle de la vie nouvelle en Christ. mais c'est aussi se laisser désormais animer par ce souffle. Un souffle imprévisible, insaisissable. Mais un souffle vital sans lequel nous n'avons plus qu'à jeter l'éponge et abandonner la course. Un souffle par lequel tout est possible, car rien n'est impossible à Dieu !


Il en est ainsi de quiconque est né de l'Esprit. S'il est animé par l'Esprit de Dieu, il ne manquera jamais de souffle pour mener sa course jusqu'au bout !


questionPour aller plus loin...

Pour prolonger la réflexion, voici quelques questions bibliques et/ou pratiques.

 

 

 

 

Questions bibliques et théologiques

Pensez à d'autres métaphores bibliques du Saint-Esprit. Que nous enseignent-elles sur le Saint-Esprit et son oeuvre ?

- Le feu (Mt 3.11, Ac 2.3)

- La colombe (Mc 1.10)

- Le consolateur (Jn 14.16n26 ; 15.26 ; 16.7)

- Le sceau (Ep 1.13, 4.30)


Questions personnelles

Est-ce que je peux me souvenir d'une expérience dans ma vie où le Saint-Esprit a soufflé avec force ? Et une autre où j'ai su l'entendre souffler comme une brise légère mais bienfaisante dans ma vie ? 

- Laquelle m'a le plus marqué ? 

- Laquelle a porté les fruits les plus durables dans ma vie ?


 

Rédigé par Vincent

Repost 0
Commenter cet article

David 26/07/2011 13:11


Merci mon frère je t'avoue que cette déclaration du seigneur, m'avais toujours laisser perspicace car je ne la comprenais en tout cas soit béni dans ton ministère


Vincent 26/07/2011 20:50



Merci :)