Elisée et la Shounamite – 3e épisode

Publié le 18 Juillet 2010

 

Bible.jpgtelecharger Téléchargez et écoutez la prédication

 

 

Résumé des deux premiers épisodes : Elisée sillonnait le pays pour exercer son ministère de prophète. Lorsqu'il passait par Shounem, un village du nord de la Samarie, il séjournait toujours chez une femme, qui avait fini par demander à son mari de lui aménager une petite chambre, exprès pour lui. C'était sa façon de participer au ministère du prophète. 

La femme ayant refusé qu'Elisée la récompense en lui faisant profiter de son influence auprès du roi, le prophète lui promet la naissance d'un fils, alors qu'elle n'avait jamais pu avoir d'enfant. Et c'est ce qui se passa un an plus tard.


Mais quelques années après, l'enfant tombe malade et meurt sur les genoux de sa mère. Dès lors, la femme Shounamite n'a qu'une idée en tête : aller chercher de l'aide auprès du prophète Elisée. Ce dernier envoie Guéhazi, son serviteur, avec son bâton. Mais cela ne guérit pas l'enfant. Il faudra que le prophète lui-même se déplace, sur la demande insistante de la femme, pour que finalement, l'enfant se réveille et soit rendu à sa mère. 


Lecture : 2 Rois 8.1-6


Nous avons fait un saut dans le temps. Au moins 7 années se sont écoulées depuis la résurrection de l'enfant de la Shounamite. 7 années où on n'a plus entendu parler d'elle et pour cause : elle avait quitté le pays avec toute sa famille. C'était sur le conseil d'Elisée : une longue famine, liée au siège de Samarie par les troupes araméennes, allait toucher le pays. Elisée le savait, avertit par le Seigneur. Et il a voulu mettre la Shounamite et sa famille à l'abri. Elle partit donc en immigré dans le pays des Philistins. 


A son retour, tout avait changé dans le pays. Sans doute partie précipitamment, elle avait laissé derrière elle sa maison et ses champs. Et visiblement, quelqu'un en avait pris possession. 7 ans, ça suffit pour oublier quelqu'un... 


Elle décide donc d'aller voir le roi pour réclamer son bien. Mais sera-t-elle entendue ? Elisée n'est pas dans le pays, elle ne pourra pas compter sur son aide. Heureusement, Guéhazi, le serviteur d'Elisée, était auprès du roi (mais où donc était Elisée ?) et lui racontait tout ce que le prophète avait accompli comme miracles. Et il ne manqua pas d'évoquer l'épisode de la résurrection du fils de la Shounamite... 


Et comme par hasard, elle était justement là ! Elle saisit l'occasion pour crier vers le roi et réclamer son dû. Elle est reconnue par Guéhazi et le roi donne les instructions nécessaires pour restituer à la femme sa maison et ses champs, ainsi que tout le revenu de ses champs pendant les 7 années de son absence. Une sorte de résurrection... 


Décidément, écouter la voix du prophète ne facilite pas la vie de la Shounamite... Bien-sûr, elle a échappé à 7 ans de famine. Mais elle a été dépossédé de sa maison et de ses champs à son retour ! Encore un méandre étonnant du plan de Dieu... 



Préservée du jugement


Elisée n'a pas averti le peuple qu'une famine allait avoir lieu dans le pays. Pas même le roi... et ce dernier sera d'ailleurs en colère contre le prophète. Il demandera même la tête d'Elisée ! Avant que celui-ci n'annonce la fin imminente du siège de Samarie et donc de la famine qui lui était liée. 


Mais le prophète prend le temps d'avertir cette femme Shounamite et lui permettre de quitter le pays pour échapper au malheur. Il lui dit : « Le Seigneur appelle la famine ». La famine qui vient est un jugement de Dieu contre son peuple. Elisée souhaite que cette femme fidèle échappe au jugement. 


Le prophète, tout comme le Seigneur, ne se soucie pas seulement des rois et des grands de ce monde... Ici il montre de la sollicitude pour cette femme, dont on ne connaît même pas le nom. Parce qu'elle s'est montrée fidèle par le passé. Signe du soin que Dieu assure aux siens, même petits et anonymes. 



Absence des hommes, présence de Dieu


Le retour au pays pour la Shounamite est marqué par plusieurs absences...


Celle de son mari. On n'en fait nul mention... Serait-il décédé ? On nous disait qu'il était déjà vieux... Ce qui ferait de la Shounamite une veuve... et rendrait encore plus difficile la restitution de sa maison et de ses champs ! 


Celle d'Elisée. Il était sans doute à Damas (cf. la suite du chapitre) parce qu'il avait un message à apporter au roi d'Aram. En tout cas, cette fois, elle ne pourra pas trouver d'aide auprès de lui... 


Cette situation délicate trouve pourtant une issue favorable grâce à la présence de Guéhazi et le « hasard » d'une discussion avec le roi au moment où elle fait appel à lui ! Bien-sûr on peut toujours dire que c'est un coup de chance... Mais une femme qui a vécu la naissance miraculeuse d'un enfant et a été témoin de la résurrection de son propre fils ne peut douter que Dieu agisse et ordonne les circonstances !


Si Elisée est absent, Dieu est, lui, bien présent... même si on ne le voit pas directement !


C'est à nous de choisir si nos vies sont soumises au hasard ou à un destin aveugle... ou si Dieu y agit mystérieusement dans sa providence. C'est le choix de la foi. Mais c'est aussi un choix de foi de dire qu'il n'y a pas d'autre Dieu que le hasard et la nécessité des lois de la nature. 


C'est dans la confiance en Dieu que nous pourrons voir sa main agir dans notre vie, derrière les rencontres et les circonstances de la vie. 



Conclusion


Evidemment l'histoire de la Shounamite n'est pas banale. Voir naître miraculeusement un enfant et assister quelques années plus tard à la résurrection de ce même enfant, ce n'est pas donné à tout le monde ! 


Mais, peut-être à une autre échelle, nos vies ne sont-elles pas faites aussi de vie et de mort et même parfois de certaines résurrections ? De biens acquis et perdus, d'injustices subies et de rétablissements ? 


Le croyant n'a ni plus ni moins d'épreuves et de difficultés que les autres. Il a toutefois un plus, un trésor précieux, celui de sa foi, qui lui permet de voir la main de Dieu agir, de garder espoir en toute circonstance. 


Ca n'enlève pas les épreuves, mais ça change radicalement la façon de les traverser !

 

Rédigé par Vincent

Repost 0
Commenter cet article