Deux miracles, deux signes

Publié le 6 Janvier 2013

 

ecouter Ecouter la prédication PDF Télécharger le texte de la prédication

Lecture : Marc 6.30-56 

"Ils n'ont pas compris ce qui s'est passé, quand Jésus a partagé les pains" (v.52)

Qu'est-ce que les apôtres n'ont pas compris ? Ou qu'auraient-ils dû comprendre ? Et en quoi cela aurait changé leur perception de Jésus marchant sur l'eau ? 

Je ne peux pas croire qu'ils ne s'étaient pas rendu compte du miracle du partage des pains ! Et qu'ils n'avaient pas perçu la puissance de Jésus en cette occasion ! Autre chose leur avait échappé... Ca ne peut être que la portée spirituelle du miracle auquel ils avaient assisté.

Quand Jésus a partagé les pains, les disciples auraient dû voir qu'il ne se contentait pas de nourrir gratuitement la foule présente. Il accomplissait un signe du Royaume de Dieu : un festin auquel tous sont invités. Et c'est lui qui invitait au festin... 

Du coup, ils n'ont pas compris qu'en voyant Jésus marcher sur l'eau, ils assistaient à plus qu'un miracle défiant les lois de la physique ! Pendant un court instant, le voile qui couvrait le Fils de Dieu a été levé, un peu comme sur le mont de la transfiguration. Il n'était plus soumis aux lois de la gravité... 

 

Les pains partagés : un signe du Royaume de Dieu

Qu'est-ce que le miracle du partage des pains nous dit du Royaume de Dieu ? 

Il est offert à tous, gratuitement

Les disciples voulaient que les gens repartent pour s'acheter à manger et quand Jésus leur dit de nourrir eux-mêmes la foule, ils demandent s'ils doivent aller acheter à manger pour tout le monde. Ils trouvent d'ailleurs que ça leur coûterait un peu cher... 200 pièces d'argent, c'est le prix de 200 jours de travail !

Il n'est pas question d'acheter quoi que ce soit. Le Royaume de Dieu est gratuit et offert à tous. Il y a comme un écho à certains textes prophétiques comme celui d'Esaïe :

Esaïe 55.1-3
« Vous tous qui avez soif,
voici de l'eau, venez !
Même si vous n'avez pas d'argent, venez !
Achetez à manger, c'est gratuit.
Venez, achetez du vin et du lait sans argent.
Pourquoi dépenser de l'argent
pour quelque chose qui ne nourrit pas ?
Pourquoi vous fatiguer
pour quelque chose qui ne rassasie pas ?
Écoutez-moi bien,
alors vous aurez de bonnes choses à manger,
vous goûterez des choses délicieuses.
Tendez l'oreille et venez vers moi.
Écoutez, et vous vivrez. »
Le SEIGNEUR dit :
« Je ferai avec vous une alliance
qui durera toujours.
Je vous assure pour toujours les bienfaits
que j'ai promis à David...

Il est abondant pour tous

Tout le monde est invité et tout le monde mangera à sa faim. Il y a même des restes ! 12 paniers... Le fait que Marc en précise le nombre n'est pas un hasard. 12, c'est un nombre symbolique, celui du peuple de Dieu. Une façon de souligner que ce festin n'est pas un repas improvisé mais bien un festin du Royaume de Dieu. 

Il est basé sur le partage

Le nom traditionnellement donné à ce miracle peut être trompeur. Plutôt que de parler de multiplication des pains il faudrait parler de partage des pains. Car Jésus aurait très bien pu multiplier les pains et les poissons dans les paniers avant de les distribuer ! Mais il a choisi de les partager pour les donner à la foule. C'est dans le partage que tous sont nourris. Et c'est seulement à la fin du repas que les disciples se rendent compte qu'il y a 12 paniers de restes. 

La réponse de Jésus à ses disciples : "Donnez-leur vous-mêmes à manger !" prend tout son sens. Le Royaume de Dieu est dans le partage. Et Jésus nous dit : "donnez-leur vous-mêmes à manger". Partagez ce que vous avez reçu. Partagez l'amour, la grâce, la paix. Partagez l'Evangile !

 

Jésus marchant sur l'eau : un signe du Fils de Dieu

Multiplier les pains et les poissons n'était pas la méthode habituelle de Jésus pour se nourrir et nourrir ceux qui le suivaient. De même, la marche sur l'eau n'était pas le moyen habituel pour lui de traverser un lac. Habituellement, comme tout le monde, il prenait un bateau ! Le miracle de la marche sur l'eau est donc bien un signe prémédité de la part de Jésus. 

Quand Jésus demande à ses disciples de le précéder dans la traversée du lac, il devait rester une barque derrière, pour lui. C'est ce que dit l'évangile selon Jean. Il aurait pu traverser le lac dans un bateau. Mais Jésus voulait traverser le lac en marchant sur l'eau ! 

Qu'est-ce ce miracle nous dit de Jésus ? 

Une portée théophanique

Il y a quelque chose de surnaturel qui provoque l'effroi des disciples. Ils croient voir un fantôme... Est-ce seulement dû à l'incongruité de voir Jésus marchant sur l'eau ou est-ce aussi en lien avec son apparence ? Une apparence similaire à celle de la transfiguration par exemple... 

Et puis, il y a ce détail troublant précisant que Jésus voulait dépasser ses disciples... Comme si Jésus ignorait leur présence. Comme s'ils assistaient à un spectacle qui ne leur était pas vraiment destiné, auquel ils ne devraient pas avoir accès...

Il y a aussi des réminiscences de la tempête apaisée, même si ici le vent contraire n'est pas aussi fort qu'alors. Mais il y a la même paix soudaine avec Jésus. Et la peur des disciples, aussi. 

Tout cela pour dire qu'on a l'impression d'assister ici à une vraie théophanie. Une manifestation de Dieu... ou plutôt du Christ mais dans sa nature divine. Jésus apparaît aux yeux des disciples comme le Fils de Dieu et non seulement leur maître. Mais comme ils ne sont pas encore prêt à le comprendre, ils croient voir un fantôme.

Une portée prophétique

Un fantôme... C'est intéressant parce que lors d'un autre épisode de l'évangile, les disciples croiront voir un fantôme en voyant Jésus. Un Jésus qui comme ici ne sera pas soumis aux lois naturelles puisqu'ils semble se retrouver d'un instant à l'autre au milieu des disciples réunis, après sa résurrection. Et Luc nous dit : 

"Les disciples sont effrayés, ils ont très peur. En effet, ils croient voir un esprit." 
(Lc 24.37)

Cette similitude est intéressante... et on pourrait même se demander si l'événement de Jésus marchant sur les eaux n'a pas une portée prophétique de la résurrection de Jésus. On avait déjà souligné la portée symbolique de la tempête apaisée, Jésus affirmant son autorité sur les puissances du mal. La mer était perçue comme le séjour des esprits mauvais. Jésus marchant sur la mer annonce sa victoire sur les forces du mal. Ils les domine. Il les piétine. Une victoire qui sera scellée par sa résurrection, sa victoire sur la mort !

 

Conclusion

Les miracles sont, par nature, exceptionnels... Ne nous attendons pas à ce qu'ils se reproduisent. Par contre, leur valeur de signe demeure. Et ce que le miracle des pains partagés et celui de Jésus marchant sur l'eau soulignent, cela reste vrai. 

Le Royaume de Dieu est bel et bien un festin auquel tous sont invités. Et nous sommes invités, comme les disciples, à le partager nous-mêmes avec tous. "Donnez-leur vous-mêmes à manger !" Et partager le Royaume de Dieu, c'est vivre l'Evangile dans l'amour et la solidarité, c'est l'incarner dans nos vies consacrées à Dieu, c'est proclamer la bonne nouvelle de la mort et de la résurrection de Jésus. 

Car c'est le même Jésus qui a marché sur l'eau, signe de sa divinité et de sa victoire sur les forces du mal que nous célébrons. C'est lui qui est mort et ressuscité. C'est lui qui nous rejoint sur notre barque et nous dit : "Rassurez-vous, c'est moi ! N'ayez pas peur !" 

Rédigé par Vincent

Repost 0
Commenter cet article