Déjà et pas encore...

Publié le 29 Avril 2012

ecouter Ecouter la prédication                             PDF Télécharger le texte de la prédication

Lecture biblique : 1 Jean 3.1-2

"Dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons plus tard, cela reste encore caché"

Je trouve que cette phrase résume à merveille notre statut de croyant aujourd'hui !

 

Ce que nous sommes déjà

"Dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu..." Et Jean insiste : "c'est vrai, nous sommes ses enfants !"

C'est important de le souligner. D'en prendre conscience. Ce n'est pas rien quand même ! Enfants de Dieu... Est-ce que nous le réalisons vraiment ?

Etre enfants de Dieu, c'est avoir Dieu pour père. Et pas seulement au sens général d'être notre Créateur, ça c'est vrai pour tous les humains... Ce qui fait de nous ses enfants, c'est l'amour qu'il nous manifeste. Dieu est notre père, non seulement parce qu'il nous a créé mais parce qu'il nous a "adopté" en Jésus-Christ, parce qu'il nous a sauvés. 

Du coup, être enfant de Dieu, c'est avoir retrouvé une relation avec Dieu. Une relation de même type que celle qu'on peut avoir avec ses parents. marquée par l'amour, le respect, la proximité... Une relation que ceux qui n'ont pas "connu Dieu" ne connaissent pas... 

Enfin, être enfant de Dieu, c'est appartenir à une famille. On dit souvent de l'Eglise que c'est une famille. OK. Mais pas tant parce que c'est convivial, qu'on est contents de se voir et qu'on s'aime bien. Mais parce que nous sommes tous enfants de Dieu. Si on est bien ensemble, tant mieux ! Mais je dirais que même si on ne partirait pas ensemble en vacance, on forme une famille par le simple fait d'être enfants de Dieu.

Voilà ce que nous sommes déjà. Et c'est énorme !

 

Ce que nous ne sommes pas encore

Mais tout n'est pas fini. Parce que nous ne sommes pas encore arrivés au bout du chemin. Nous sommes en marche. Ce que nous vivons aujourd'hui n'est que provisoire, ce que nous connaissons n'est que partiel. 

"Ce que nous serons plus tard, cela reste encore caché !"

La clé ici, c'est le Christ. L'aboutissement de notre salut arrivera lorsque le Christ paraîtra.

Alors nous lui ressemblerons. Dans quel sens ? Celui de la résurrection d'abord. Il nous a précédé dans cette réalité nouvelle. Et comme il est ressuscité, nous ressusciterons. Dans un corps nouveau qui ne connaîtra plus ni la souffrance ni l'infirmité ni la mort. Nous lui ressemblerons parce que nous serons purifiés, sans péché. Pleinement libérés du péché et de toutes ses conséquences. 

Et ça, c'est encore loin d'être le cas, n'est-ce pas ? 

C'est pour cela que nous avons du mal à vraiment appréhender ce que cela signifie. C'est pour cela que c'est encore "caché". Ce que nous pouvons comprendre, c'est que ce que nous vivons aujourd'hui avec le Christ n'est qu'un faible avant-goût de ce que nous vivrons le jour où tout sera accompli !

 

Entre le déjà et le pas encore

"Dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons plus tard, cela reste encore caché" 

Nous avons là toute la dynamique de la vie chrétienne. Nous vivons notre foi entre un déjà et un pas encore. Et il y a plusieurs erreurs de perspective possibles, si on oublie cette réalité du déjà et du pas encore du salut :

Il y a ceux qui estiment que le "déjà" est suffisant. Il y a des chrétiens comme ça, qui se contentent du minimum. Ils sont baptisés, ils vont au culte de temps en temps... c'est déjà pas si mal. Et ça leur suffit. C'est le minimum syndical... mais c'est dommage ! Parce qu'ils se privent de toutes les bénédictions que Dieu a en réserve pour eux. 

Il y a ceux qui s'y croient déjà... On a l'impression que certains vivent déjà dans le royaume de Dieu sur terre. Ils prêchent la réussite, l'abondance, la prospérité... Ils ont, prétendent-ils, réglé le problème du péché et de la tentation : ils sont vainqueurs en Christ ! Ils s'y croient déjà... mais oublient qu'il reste du chemin à parcourir. Je pense, sincèrement, qu'ils devraient craindre la chute... qui risque d'être douloureuse !

Il y a aussi ceux qui sont obnubilés par le "pas encore"... Ils se laissent accabler par ce qui ne va pas et ont tendance à oublier ce qu'ils ont déjà. Ils trouvent que c'est dur d'être chrétien, avec toutes ces épreuves, ces tentations, ces attaques. L'espérance chrétienne est réduite à souffrir en silence en attendant que Dieu établisse son règne. 

Quelle est donc la juste perspective ? S'appuyer sur le déjà pour cheminer vers le pas encore. Etre reconnaissant et profiter pleinement de ce que nous avons déjà en Jésus-Christ et avancer, espérer, attendre ce que nous n'avons pas encore et qui nous est promis.

Le "déjà" est considérable : nous sommes les enfants de Dieu. Le "pas encore" est plus grand encore. Tellement qu'on ne peut pas le saisir... Vivons dans le contentement et la reconnaissance sans tomber dans la facilité. Espérons et attendons l'accomplissement des promesses de Dieu sans vouloir brûler les étapes. 

C'est le seul moyen d'être réaliste sans être résigné. De marcher vers notre espérance sans se faire d'illusion. 

 

Conclusion

Notre espérance chrétienne commence maintenant mais elle ne s'arrête pas à aujourd'hui.  Déjà maintenant nous sommes enfants de Dieu. Des enfants aimés par le Dieu qui nous a  sauvés. Des enfants pas toujours sages, parfois capricieux, parfois imprudents. Des enfants qui ont encore tellement à apprendre... Mais des enfants qui peuvent grandir, par la grâce de Dieu, vers plus de maturité spirituelle, en étant heureux d'être déjà des enfants de Dieu et impatients de devenir ce que le Seigneur fera de nous. 

 

 

Pour aller plus loin

Questions bibliques et théologiques

Lisez Romains 8. Ce chapitre illustre également la double réalité du "déjà" et du "pas encore" de la foi.

  • Relevez ce qui relève du "déjà" et ce qui relève du "pas encore".
  • Quels sont les éléments nouveaux et les éléments commun à notre texte de l'épître de Jean ?

Questions personnelles

Comment est-ce que je gère, dans ma vie spirituelle, les frustrations liées au "pas encore" du salut en Christ ? 

Rédigé par Vincent

Repost 0
Commenter cet article