Bizarre, bizarre...

Publié le 28 Août 2011

ecouter Ecouter la prédication                         PDF Télécharger le texte de la prédication

 

Lecture biblique : Apocalypse 22.6-15

Il faut avouer que ce texte est assez touffu... et déconcertant. On n'est pas toujours très sûr de bien savoir qui parle : l'ange, Jésus, Dieu, Jean ? Et cela crée un sentiment un peu étrange à la lecture.

D'autant qu'il y a quand même des choses bizarres dans ce texte...

 
L'adoration d'un ange

Pourquoi Jean mentionne-t-il le fait qu'il se soit prosterné devant l'ange ? Qu'est-ce que ça nous apporte de le savoir ?

On l'a dit : on ne sait pas toujours qui parle, et notamment si c'est l'ange ou si c'est Jésus, ou même si les deux se confondent... Cela reflète sans doute la confusion de Jean lorsqu'il a reçu cette révélation. Le choc qui l'a rendu un peu KO si bien qu'il ne savait peut-être plus ce qu'il faisait. Désorienté, il se prosterne devant l'ange...

Mais pourquoi Jean mentionne-t-il l'incident ? Est-ce vraiment utile ? Surtout que ce n'est pas la première fois (cf. Ap 19.10) : il l'a déjà fait... et l'ange lui avait fait le même reproche, pratiquement mot pour mot.

Et s'il fallait y voir aussi une mise garde ? C'est Dieu qu'on adore, pas son messager ! Le messager comme le prophète, comme nous, simples croyants, ne sommes que des compagnons de service.

C'est Dieu qu'on adore, pas son messager... et encore moins son message ! Nous pourrions aussi le prendre comme une mise en garde contre les intégrismes théologiques, trop souvent présents en matière d'eschatologie.

Des schémas eschatologiques, des luttes entre différents systèmes d'interprétation des prophéties en viennent à nous faire oublier l'essentiel concernant le retour du Seigneur : adorer Dieu !


Un appel à ne rien changer ?

Il y a aussi cette étrange exhortation du v.11 : « Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est sale se salisse encore, que le juste fasse encore la justice, et que celui qui est saint soit encore consacré ! »

On pouvait s'attendre à autre chose !!! « Que celui qui est injuste se repente, que celui que est sale se purifie ! » Ce serait plus en accord avec l'Evangile, non ?

Ici, on a l'impression qu'on ne peut rien faire, rien changer, que tout est déjà joué. Les méchants restent méchants, les bons restent bons. Et il ne faut même pas espérer y changer quoi que ce soit. L'appel du verset 17 paraît bien plus ouvert...

La formule est sans doute ici quelque peu provocatrice. Elle veut susciter la réaction. Presque un sentiment d'injustice... est-ce vraiment trop tard pour changer ? Le but est, probablement, de provoquer un sentiment d'urgence. Il ne faut pas remettre à demain ce qu'il est urgent de faire aujourd'hui. Avant qu'il ne soit trop tard...

C'est une constante dans le NT : garder le croyant dans un sentiment d'urgence dans l'attente du retour du Seigneur. On ne sait ni le jour ni l'heure, la fin viendra comme un voleur au milieu de la nuit, etc...

Pourquoi ? Dans l'urgence, on ne dort pas ! On s'active. L'urgence procure la poussée d'adrénaline qui permet de nous dépasser. N'oublions pas qu'un des pires dangers soulignés dans les lettres aux Eglises de l'Apocalypse est la tiédeur et la routine...

Alors faisons notre choix aujourd'hui. Soyons témoins de l'Evangile... avant qu'il ne soit trop tard !


Une malédiction pour nous ?

Enfin, troisième bizarrerie dans ce texte : les malédictions du v.15. Que viennent-elles faire ici ? Les béatitudes, OK, ça va. Mais les malédictions, pourquoi ?

Alors on se dit que c'est pour les autres, bien-sûr ! Ceux du dehors, les incroyants... Pas nous ! Mais est-ce si sûr ?

Pour qui est écrit l'Apocalypse ? C'est explicitement rappelé au verset 6 : « le Seigneur a envoyé son ange pour montrer à ses esclaves ce qui doit arriver bientôt. » Les esclaves du Seigneur, ce sont ceux qui lui appartiennent : les croyants !

Alors pourquoi ces malédictions du v.15 ? En quoi sommes-nous concernés ?  « Les chiens, les sorciers, les prostitués, les meurtriers, les idolâtres et quiconque aime et fait le mensonge ! », ça ne peut pas être nous quand même !!!

Il ne faut idéaliser ni les Eglises, ni les chrétiens... Sans être forcément les plus hypocrites et les pires de tous les humains, avouons qu'il y a toujours une part de mal a extirper de notre coeur. Des pensées, des paroles, des actes qui n'ont pas leur place dans la Royaume de Dieu... Il est toujours temps de « laver nos robes » (v.14), recevoir le pardon de Dieu et être transformés par sa grâce.

Mais ces malédictions achèvent de créer en nous un certain inconfort à la lecture de ce passage. Presque un malaise... On est un peu déstabilisé. Ce n'est certainement pas un hasard. Cela doit nous garder de l'orgueil, des fausses sécurités, d'évidences illusoires. Et, au contraire, rester humble et garder de se penser hors d'atteinte et sans reproche.

C'est la juste attitude de coeur dans l'attente du retour du Seigneur.

 

Conclusion

La lecture de la Bible ne procure pas toujours la joie et la bonne humeur. Certains textes nous résistent, et crée parfois un sentiment mitigé, voire un certain malaise. C'est parce que la Parole de Dieu ne nous caresse pas toujours dans le sens du poil. Nous avons, certes, besoin d'être encouragés et consolés. Mais nous avons aussi besoin d'être interpellés, repris et corrigés.

C'est un peu ce que fait notre texte. En nous rappelant que l'essentiel pour nous est toujours d'adorer Dieu seul, nous qui sommes ses serviteurs. En nous rappelant aussi que dans l'attente de son retour, nous devons rester éveillés et humbles, alors que nous risquons de nous endormir dans la routine en nous croyant hors d'atteinte.

Bizarre, notre texte ? Peut-être... Mais surtout stimulant, pour nous inviter à adopter la juste attitude de coeur, dans l'attente du retour du Seigneur !



Pour aller plus loin...
Pour prolonger la réflexion, quelques questions bibliques et/ou personnelles...


Questions bibliques et théologiques
Jean s'est déjà prosterné par erreur devant l'ange (Ap 19.10). Lisez ce passage dans son contexte et comparez-le à notre texte.

  • Quelles sont les similitudes et les différences des deux contextes ?
  • Quelles sont les différences dans les deux réponses de l'ange ? Comment s'expliquent-elles ?
  • Quelles leçons pouvons-nous retirer de ces deux épisodes ?

Questions personnelles
Par ses exhortations, notre texte souligne deux dangers qui peuvent altérer notre vigilance : la routine qui fait perdre le sentiment d'urgence de l'Evangile et l'orgueil qui nous fait croire que nous pourrions être sans reproche.

  • Lequel de ces deux dangers me concerne le plus ? Qu'est-ce que je fait pour ne pas me laisser piéger ?

Rédigé par Vincent

Repost 0
Commenter cet article